commentaire de ce 5 juin

Dans la première lecture cette eucharistie, nous voyons saint Paul, encourager Timothée à vivre sa foi : demeure ferme dans ce que tu as appris.  Nous pouvons reprendre cet encouragement pour nous aujourd’hui. Nous ne pouvons dire que notre foi est acquise une fois pour toute, que tout a été dit au jour de notre baptême et que nous avons simplement à laisser couler le fleuve de notre vie chrétienne. Notre chemin de foi n’est pas un long fleuve tranquille, les derniers mois en ont été une preuve. Mais ces trois mois de confinement ne ont  pas faire perdre notre foi et notre espérance. Nous ne pouvons nous contenter de subir notre vie chrétienne, nous devons la vivre, la rendre vivante.

Pour tenir bon dans la prière, nous avons la chance de pouvoir en toute eucharistie ouvrir le livre des saintes écritures. Nous nous sommes nourris dans ces derniers mois de la parole qui n’est pas une simple parole humaine. Elle est parole de Dieu pour chacune et chacun d’entre nous. Dieu ne reste pas muet, il parle au plus secret de notre cœur. Grâce à cette Parole, nous sommes équipé pour faire toute sorte de bien.

Saint Boniface nous encourage a accueillir la parole de Dieu, disait le pape Benoit XVI

Saxon né en Angleterre vers 675 sous le nom de Winifred, il fut très jeune attiré par l’idéal monastique. Ordonné prêtre à trente ans, il entendit l’appel de Dieu à se consacrer à la conversion des païens du continent. En 716, avec quelques compagnons, il prend le chemin de la Frise, « où échoua sa première initiative d’évangélisation à cause de l’opposition d’un chef local. S’étant rendu à Rome deux ans plus tard pour y rencontrer le Pape, Grégoire II l’encouragea, lui donna le nom de Boniface et le chargea de mission officiellement auprès des peuples germaniques »…
Il fonda de nombreux monastères, masculins et féminins, lesquels constituèrent « des phares de diffusion de la foi et de la culture chrétienne dans ces régions… A près de 80 ans, il projeta une nouvelle mission évangélisatrice… dans le pays qui avait vu ses premières expériences. Mais, en 754 probablement, des frisons païens l’assassinèrent à Dokkum tandis qu’il célébrait la messe ».

merci au site nominis pour les notes bibliographiques sur Saint Boniface!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.