évangile de ce 6 juin

Evangile selon saint Marc.

En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. »
Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

commentaire de ce 6 juin

Le texte d’évangile que nous venons d’écouter, certains diraient qu’il ne fait pas l’éloge de la collecte dans nos églises. Celle qui donne peu est mise en exemple par Jésus. Mais pouvons nous dire qu’elle donne peu ? Non, elle est la seule à donner tout ce qu’elle a pour vivre. Elle donne avec son cœur et se privera dans la journée de ce petit peu qu’elle avait. Elle considère que le peu qu’elle a peut aider les plus nécessiteux qu’elle-même. Quel exemple de partage !

Les riches, eux offrent de grosses sommes. Mais offrent-ils ces sommes avec leur cœur ou du bout des doigts ? certains font peut être cette offrande en montrant avec fierté l’importance de leur partage.  L’aumône qu’ils partagent est économiquement plus importante, mais ils auront encore de quoi faire bombance cette journée.

Jésus invite ses disciples a ne pas se contenter d’un regard économique mais de regarder avec le cœur. Ainsi, nous remarquons que celle qui semblent donner peu, donne d’énormes sommes, elle donne sans compter, en rendant à Dieu ce qui lui appartient. Le monde , au temps de Jésus condamnait cette femme pour le peu d’argent partagé . Notre société actuelle le ferait aussi. Mais si nous ne nous contentons pas d’un regard furtif, si nous prenons le temps de comprendre la personne, nous prendrons le temps d’ouvrir les yeux du cœur, et nous jetterons sur notre monde le regard de Dieu, un regard qui rend sa dignité à tout être humain.

Quand nous agissons en tant que chrétien, osons le faire non en cherchant une gloire humaine, mais plutôt et nous reconnaissant petits devant Dieu et en le laissant nous faire grandir en sa présence.

la parole de ce 5 juin

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée

Bien-aimé, toi, tu m’as suivi pas à pas dans l’enseignement, la manière de diriger et les projets, dans la foi, la patience, la charité et la persévérance, dans les persécutions et les souffrances, celles qui me sont arrivées à Antioche, à Iconium et à Lystres, toutes les persécutions que j’ai subies. Et de tout cela le Seigneur m’a délivré. D’ailleurs, tous ceux qui veulent vivre en hommes religieux dans le Christ Jésus subiront la persécution. Quant aux hommes mauvais et aux charlatans, ils iront toujours plus loin dans le mal, ils seront à la fois trompeurs et trompés.
Mais toi, demeure ferme dans ce que tu as appris : de cela tu as acquis la certitude, sachant bien de qui tu l’as appris. Depuis ton plus jeune âge, tu connais les Saintes Écritures : elles ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, en vue du salut par la foi que nous avons en Jésus Christ. Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien.