méditation 3eme dimanche avent

 Dieu nous invite à la joie. Joie parce que le Seigneur est venu rejoindre son peuple hier, parce qu’il a pris chair d’humanité dans un corps de femme. Joie parce qu’il vient aujourd’hui, qu’il frappe à nos portes, ne demandant qu’à entrer dans nos vies, pour les faire fleurir. Joie parce qu’il reviendra demain dans la gloire pour faire toutes choses nouvelles et régénérer notre univers. Cette joie, c’est Dieu lui-même en nos vies.

Le temps de l’Avent se fait aujourd’hui plus lumineux. Si un premier temps avait été celui de l’attente habitée de désir et de vigilance et un deuxième celui d’une préparation par l’appel à la conversion et à la transformation radicale de vie, on aborde maintenant le temps de la joie. Il est temps, réjouissez-vous et vivez de sa joie, car Jésus vient parmi nous.

Il vient accomplir la promesse faite par Dieu à son peuple et encore en germe dans le cœur des humains. Réjouissons-nous de participer à sa réalisation dans le monde. Nos existences, avec leurs joies et leurs peines, prendront alors tout leur sens lorsqu’elles seront vécues dans la fidélité à l’alliance de Dieu, dans la sérénité de se savoir aimés de lui et d’être ses enfants.

Avec le prologue de l’évangile de Jean, nous recevons le témoignage de Jean-Baptiste, afin que tous croient par lui. L’élan de ferveur qu’il suscite portait à penser qu’il était le Messie. Il dissuade alors ceux qui l’interrogent. Sa réponse va au-delà d’une simple dénégation, elle dévoile le mystère de la personne de Jésus.

Lorsqu’il dit qu’il n’est pas digne de délier la courroie de sa sandale, il reconnaît d’abord humblement la distance qu’il y a entre lui et le Christ. Il fait ensuite référence au droit de rachat des biens en Israël, où l’usage voulait que l’acquéreur chaussât la sandale du cédant[1]. Jean-Baptiste n’est donc pas celui qui rachète, il n’est pas le rédempteur, il le précède.

Aux insistances de ceux qui lui demandent son identité, Jean donne cette seule précision: Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Redressez le chemin du Seigneur. Comme son illustre prédécesseur Isaïe[2], il prophétise que le désert est précisément le lieu où doit être préparé le chemin du Seigneur. Et c’est dans le désert des cœurs sans espérance, dans les banlieues aux horizons bouchés qu’il convient aujourd’hui de préparer la route où Jésus viendra nous visiter.

Jean-Baptiste a la mission de baptiser dans l’eau pour préparer la venue du Messie, lequel baptisera dans l’Esprit. Il témoigne du Verbe de Dieu, la seule vraie lumière. Le témoignage, voilà la grande affaire de l’évangile. Comme Jean, nous ne sommes pas la lumière. Mais il nous est donné, à nous aussi, de rendre témoignage comme lui, afin que tous découvrent que Jésus est la vraie lumière.

Comme Jean, nous sommes des passeurs de lumière. Nous devons refléter suffisamment sur nos visages cette lumière, nos faces doivent resplendir de la joie qu’elle nous apporte. Notre crédibilité réside dans ce que nous laissons transparaître de ce bonheur. La venue de Jésus dans notre vie vient nous illuminer, nous transformer, nous libérer. Et cela doit se donner à voir dans tout ce que nous entreprenons.

L’espérance, la joie que nous pouvons faire lever autour de nous sont encore peu de choses par rapport à ce que Jésus est venu faire germer. Car il se tient au milieu de nous, celui que nous ne connaissons pas. Et il nous donne de faire comprendre à tous qui si chacun aplanit le chemin du Seigneur, il n’y aura plus aucun obstacle entre nous et le Messie. Christ sera advenu.


[1] Ainsi en était-il autrefois en Israël, à propos de l’achat et à propos de l’échange pour enlever toute affaire : l’un ôtait sa sandale et la donnait à l’autre. Ainsi en était-il de l’attestation en Israël (Ruth, 4,7).

[2] Une voix proclame : Dans le désert dégagez un chemin pour le Seigneur, nivelez dans la steppe une chaussée pour notre Dieu (Isaïe 40,3).

Une réflexion sur “méditation 3eme dimanche avent

  1. christiane gobiet

    Cher Benoît , merci pour tous tes partages et envois.Pourrais-tu stp confier notre maman âgée de 93 ans et que tu as bien connu ,en fin de vie.Que le Seigneur la rappelle à lui et que ses souffrances prennent fin,elle qui a tant prié et a sans cesse son chapelet dans la main mais n’a plus la force de prier.Stp bénis la.Merci.Bonne guérison.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.