méditation pour le premier dimanche de carême

voici le commentaire qu’Alexis nous envoie à partir des lectures de ce dimanche.

Le Carême est le temps du renouvellement. Quarante jours nous sont donnés pour redécouvrir au cœur de nos pauvretés la présence de Dieu et la force de sa grâce. Envisager un avenir de joie en lui laissant faire alliance avec notre humanité. Nous convertir, peut-être, nous laisser conduire, plus sûrement, vers l’allégresse de la résurrection. Pour être réveillés, relevés avec celui qui vient nous libérer de nos liens de mort. Ne vivons pas dans la tristesse, la peur ou la mortification ce qui est promesse de bonheur. Prenons l’élan de l’espérance pour rejoindre ce Dieu qui se donne à nous.

Aujourd’hui, avec Jésus, nous allons au désert. Le désert est le lieu de la rencontre, de la confrontation à Dieu. L’endroit où peut se libérer une parole[1] qui n’a pas encore été entendue, où se crée un projet nouveau et inattendu. Dans le désert, il est possible de s’éveiller à sa propre parole. Pour se retrouver soi-même et rechercher l’autre, découvrir Dieu.

L’Evangile est au souffle de l’Esprit saint. L’Esprit, qui vient de descendre sur Jésus pour manifester à tous qu’il est le Fils bien-aimé de Dieu, le pousse maintenant au désert. Après la théophanie du Baptême au Jourdain, Jésus doit être confronté à l’épreuve de ce qui divise, à l’ennemi qui s’oppose à Dieu et à l’établissement de son règne.

Les tentations au désert nous rappellent que nous sommes amenés à déployer la grâce reçue à notre baptême pour mener nos combats spirituels et relever le défi de notre conversion. Tout le long de notre existence, nous avons à affronter des forces obscures qui tentent de nous détourner de notre chemin et de nous nourrir d’illusions sur nos potentialités et nos faiblesses.

Le désert est le lieu où l’on se construit, où s’élabore cette lente maturation de l’identité d’une personne ou d’un peuple. Où on est confronté à ses propres limites comme à ses manques. C’est aussi dans la longue errance au désert qu’Israël s’est constitué en tant que peuple. Là que Jésus est mis devant sa réalité d’homme-Dieu. Et c’est dans nos déserts que nous faisons l’expérience de ce qui nous fonde et nous conforme.

La tentation doit être imaginée moins comme un péché moral auquel on serait exposé, que comme une épreuve initiatique, une expérience de vie qui mobilise toute l’énergie pour permettre une meilleure connaissance de soi, une révélation de son être propre. Si elle éprouve par les forces qu’elle nécessite de déployer, elle gratifie par ce qu’elle dévoile de sa personnalité.

Dans cette optique, Satan intervient comme l’Adversaire qui observe et qui vient parcourir la terre et y roder.[2] Il apparaît tel un procureur, in inquisiteur acharné à mettre en procès. Jésus sort vainqueur de l’épreuve et reçoit la confirmation de la cohérence de son identité.

La tentation de Jésus met en évidence sa seigneurie. Il vit en bonne intelligence avec les bêtes sauvages et est reconnu par les anges attachés à son service. Le désert devient ainsi un lieu de création[3], d’une

Genèse nouvelle. Son identité ainsi révélée, Jésus peut annoncer la venue du Royaume de Dieu.

L’Evangile nous appelle aujourd’hui à nous mettre sur la route du désert à la suite de Jésus. Et de nous laisser modeler par l’Esprit qui nous souffle qui nous sommes et ce que nous sommes appelés à devenir. L’avenir nous est ouvert, tout est possible. Le Carême porte déjà en lui la joie de la Résurrection.


[1] Le mot  « désert » dérive en hébreu de la racine du verbe « parler ». La parole, dabar, est aussi un événement qui relève de l’ordre de la création (la parole de Dieu qui crée le monde à partir du chaos).

[2] Tel l’Adversaire du livre de Job qui se rend à l’audience du SEIGNEUR (Jb 2,1-2).

[3] Dans le dessein initial de Dieu, les créatures vivaient en bonne harmonie, avec pour nourriture toute herbe mûrissante, même pour les bêtes sauvages (Gn 1,30).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.