méditation du 20 décembre

En recevant aujourd’hui l’Annonce faite à Marie,[1] nous partageons avec elle la joie et l’espérance de l’avènement du Royaume de Dieu. L’événement le plus inouï de l’histoire de l’humanité – le Créateur et maître de toutes choses prend chair d’homme dans corps de femme – se déroule de la façon la plus sobre qui soit, une jeune fille, dans une petite bourgade de Galilée, sans spectacle, dans le dénuement du tête-à-tête. Dieu est fidèle à ses promesses de salut, il fait savoir à Marie par l’intermédiaire de l’ange Gabriel, qu’il l’a élue pour amener le Sauveur au monde.

L’ange Gabriel – force de Dieu[2] – est le principal messager divin. Il est considéré comme la main gauche de Dieu, annonciateur de la révélation de la fin des temps.[3] Il a déjà annoncé à Zacharie[4] que sa femme Elisabeth, qui était stérile, enfanterait un fils dans leur vieillesse, qui sera appelé Jean et sera le Précurseur du Messie. Avec l’annonciation à Marie, il apporte le salut du genre humain, plongé dans les ténèbres et désespérant de son salut, l’annonce longtemps souhaitée de la rédemption des hommes.[5]

Gabriel salue Marie comme pleine de grâce. Ce qui signifie que pour pouvoir donner l’assentiment libre de sa foi à l’annonce de sa vocation, il fallait qu’elle soit portée par la grâce de Dieu.[6] Le Seigneur est avec elle, humble, simple, disponible devant la volonté de Dieu. Dieu a des projets pour Marie, comme il a des projets pour chacun d’entre nous, mais il attend la coopération libre et amoureuse de tous pour les amener à terme. Et Marie nous en montre le chemin et l’exemple : Voici la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole. Plus qu’un simple acquiescement au message de l’ange, elle se remet en tout entre les mains de Dieu, dans un abandon confiant à son amour. Se laisser aller à la bienveillance de Dieu dans toutes les circonstances de l’existence.

Se préparer à la fête de Noël suppose d’abord, à l’image de Marie, de se laisser transporter par cette grâce de Dieu et de l’accueillir avec un cœur disponible. Ce qu’il attend de nous aujourd’hui dans nos relations à lui et aux autres, dans le plus quotidien de nos tâches et le plus ordinaire de nos actes. Alors nous pourrons à notre tour, comme Marie, enfanter Dieu en nous.


[1] Le récit de l’Annonciation à Marie est propre à Luc. Son pendant chez Matthieu est l’Annonce faite à Joseph (Mt 1,18-24).

[2] De l’hébreu gabar (force, héros) et el (dieu).

[3] Gabriel apparaît par deux fois au prophète Daniel pour lui expliquer la vision du bélier et du bouc et lui énoncer la prophétie des 70 semaines (Dn 8,15 ; 12,7).

[4] Annonce à Zacharie (Lc 1,5-25).

[5] Bref apostolique de Pie XII proclamant Gabriel céleste patron de toutes les activités relatives aux télécommunications et de tous leurs techniciens et ouvriers (12 janvier 1951).

[6] Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 490.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.