méditation du 2eme dimanche ordinaire A

Pour étrenner l’ordinaire du temps, quoi de plus tonique que ce contact entre Jean-Baptiste et Jésus ? Il en émane comme un reste de parfum de Noël qui serait remanié à la lumière de Pâques. La promesse des prophètes de l’Ancienne Alliance se déploie dans celui qui allie l’innocence de l’agneau à la paix de la colombe. Et le Fils de Dieu est manifesté.

La liturgie assure une transition douce entre le temps des manifestations du Messie au peuple d’Israël[1] et aux nations[2] et celui de la vie publique de Jésus, avec ses faits, ses gestes, ses enseignements, ses miracles. Ces épiphanies[3] se prolongent aujourd’hui par les déclarations de Jean le Précurseur venu au Jourdain baptiser dans l’eau pour que Jésus soit manifesté au peuple d’Israël.[4]

En ce sens, nous pouvons parler de manifestation, et même de multiples manifestations, du Seigneur, puisque l’Evangile en entier est une lente et longue révélation du Fils de Dieu.

Evangile de transition, mais aussi évangile charnière, où s’opère un déplacement du centre de gravité. L’attention de déplace de Jean-Baptiste à Jésus lui-même, c’est désormais lui qu’il faudra suivre. Jean est l’index pointé vers la présence cachée de Jésus dans la vie des hommes et la parole qui révèle le mystère de cet homme qui vient vers lui.

Telle est l’invraisemblable rencontre de Jean avec celui qui avant lui, était. Cet homme est l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Pour ne pas être facile, l’expression vaut son poids de sève biblique. Elle dit le mystère de la personne de Jésus, ainsi que sa mission sur la terre des hommes.

Voici l’Agneau de Dieu. L’expression mise dans la bouche du Baptiste est le reflet de l’expérience pascale de la communauté qui a vu naître l’évangile, de la foi de l’Eglise nourrie de la Résurrection.

Jésus est le Serviteur souffrant du prophète Isaïe, l’innocent immolé pour le salut du peuple comme un agneau traîné à l’abattoir, comme une brebis devant ceux qui le tondent.[5] Il est aussi l’Agneau symbole de la rédemption d’Israël mangé à la hâte à la Pâque du Seigneur.[6] Il est encore l’Agneau de l’Apocalypse qui se dresse, debout sur la montagne de Sion, pour anéantir le mal.[7]

Jésus est tout cela à la fois, et plus encore. Il est le signe que Dieu donne pour libérer l’humanité du mal qui l’opprime. Il vient réaliser le dessein d’amour de son Père et accomplir sa volonté. Il se donne tout entier à lui et assure le salut des hommes.

Qui enlève le péché du monde. Enlever, cela signifie en même temps porter, prendre sur soi, mais aussi emporter, faire disparaître. Pêcher veut dire manquer le but, rater sa cible. C’est par conséquent se tromper dans ses objectifs, faire le mauvais choix de vie. Et celui qui se trompe est précisément celui qui rejette le Christ de son existence, de ses préoccupations. Jésus prend avec lui et fait disparaître tous les ratages de notre monde. Autrement dit, il régénère notre humanité.

Jean-Baptiste avoue ne pas connaître celui qu’il reconnaît comme le Fils de Dieu. Qu’est-ce que connaître quand on parle de Dieu ? On ne connaît Dieu que par le cœur. Connaître dépasse le savoir abstrait et suppose une expérience concrète, une relation personnelle. Connaître, c’est entrer dans un courant de vie qui jaillit du cœur de Dieu et qui ramène à lui. Par le baptême dans l’Esprit saint.


[1] La visite des bergers (Lc 2,8-20).

[2] La visite des mages (Mt 2,1-12).

[3] La tradition célèbre trois épiphanies, la visite des mages, le baptême de Jésus et les noces de Cana.

[4] Contrairement aux évangiles synoptiques, il n’y a pas de mention du baptême de Jésus dans l’évangile de Jean. Il n’y existe aucun lien de parenté entre Jésus et le Baptiste qui ne se connaissent pas. Ils se rencontrent à Béthanie du Jourdain, où Jésus débauche deux disciples de Jean-Baptiste, André et son frère Simon-Pierre.

[5] Le Serviteur opprimé par les hommes, exalté par Dieu, source de paix pour les rebelles (Is 53,7).

[6] Les rites de la Pâque (Ex 12,1-11).

[7] L’agneau et les rachetés (Ap 14,1).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.