méditation de ce 16 mars 2021

Alexis commence aujourd’hui une nouvelle série de médiations qui nous donneront à réfléchir à partir de la première lecture du jour. Il nous la livrera les mardis. Merci à Lui de cette nourriture enrichissante pour notre foi.

En décrivant la source du Temple , Ezéchiel prophétise qu’une eau jaillissant du Temple viendra féconder la terre et assainir les eaux mortes. Une espérance pour le peuple de Dieu qui vit la désolation de la destruction et de l’Exil. Pour nous, chrétiens, cette eau coule du cœur de notre Dieu pour désaltérer de manière définitive toutes les soifs de notre humanité. Le livre d’Ezéchiel apporte le témoignage d’un homme qui a vécu l’un des moments les plus dramatiques de l’histoire d’Israël, et dont l’expérience spirituelle est l’une des plus capables d’éclairer le destin du peuple de Dieu. Contemporain de la chute de Jérusalem (587 ACN), Ezéchiel appartient à la classe sacerdotale et a probablement commencé sa prédication dans la Ville sainte avant de la poursuivre en exil sur les rives du fleuve Kébar, en Mésopotamie. Au moment où il écrit cette prophétie, Jérusalem est dévastée et le Temple détruit par les troupes de Nabuchodonosor. C’est pourtant dans ce climat d’anéantissement tant physique que moral 1 qu’il prédit le retour d’exil du peuple, et, dans une vision sur une haute montagne , 2 il décrit avec beaucoup de détails le nouveau temple 3 , son mobilier, ainsi que les règles d’admission au sanctuaire. Le thème de la source est courant dans les Ecritures. 4 Outre l’évidence que l’eau est un besoin vital dans une région désertique, la source symbolise la force vivifiante de Dieu. Un sanctuaire était souvent érigé à proximité d’une source. 5 Il est donc naturel que, dans la nouvelle Sion, Ezéchiel voie jaillir une source nouvelle du Temple, pour indiquer le pouvoir de vie de Dieu. Mais, au contraire des autres sources 6 dont l’action salvifique se limitait à l’environnement proche du sanctuaire, l’eau de celle-ci va grandir jusqu’à devenir un torrent infranchissable et déployer la puissance invincible du Seigneur, allant féconder la région la plus désertique du pays. L’eau jaillit su seuil du Temple vers l’Orient. Le détail est significatif, il dépasse le sens d’un simple point cardinal. 7 L’orient désigne le lever du soleil, mais c’est aussi la direction du désert. Par conséquent, pour les sémites, marcher vers l’orient , c’est aller au désert, le lieu de la rencontre de Dieu, progresser vers la sagesse. Se tourner vers l’est pour prier revient à diriger son regard vers le soleil levant, la source de toute lumière. C’est de l’orient que vient le salut. 8 L’eau descend de Jérusalem vers la plaine de la Araba, vers le désert où elle va se jeter dans la mer, dans ses eaux nauséabondes . Elle vient don assainir –littéralement guérir – la mer Morte, réputée pour l’importante salinité de ses eaux. Ou encore, la puissance vivifiante de Dieu vient redonner vie à tout ce qui est mort et guérir de toute amertume. Le tableau d’une eau abondante qui fait germer en grand nombre des arbres fruitiers, des arbres aux feuilles douées de propriétés médicinales, reprend l’image paradisiaque du

jardin d’Eden – lui aussi planté à l’Orient – merveilleusement unique, où germait, au milieu d’une luxuriante végétation, l’arbre de vie. 9 La vision d’Ezéchiel est celle d’une création restaurée dans son état primitif. La tradition chrétienne – particulièrement les récits johanniques – voit la réalisation de l’oracle d’Ezéchiel en Jésus Christ. Jésus se présente lui-même, lorsqu’il chasse les marchands du Temple lors d’une première Pâque à Jérusalem, comme le Temple nouveau 10 , autrement dit le lieu de la présence et de la manifestation de Dieu parmi les hommes. Sur la Croix, il laisse de son côté s’épancher une eau jaillissant pour la vie éternelle. 11 De même, le Christ de l’Apocalypse 12 est l’Agneau immolé d’où jaillit le fleuve de vie. Jésus est le sanctuaire d’où surgit la source d’eau vive. La prophétie d’Ezéchiel s’accomplit aujourd’hui en la personne du Christ. Il est cette eau qui apporte le salut à l’humanité, la nourrit du fruit de sa Parole. Il est l’arbre de vie dont le feuillage abrite et guérit de toute défaillance et de tout manque, celui qui trouve refuge auprès de lui. Une espérance inouïe pour notre monde désemparé et en quête de sens. 9 Gn 2,9-14 : Le Paradis terrestre. 10 Détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai (…) Lui parlai du temple de son corps (Jn 2,9-14). 11 Mais un des soldats, d’un coup de lance, le frappa au côté et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau (Jn 19,34). 12 Puis il me montra un fleuve d’eau vive, brillant comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la cité et des deux bras du fleuve est un arbre de vie, produisant douze récoltes. Chaque mois il donne du fruit et son feuillage sert à la guérison des nations (Ap 22,1-2). EZECHIEL 47,1-9.12

1 Ezéchiel attribue les déboires d’Israël et son départ en exil à son péché, parce qu’ils ont été infidèles (Ez 39,41).

2 Dans les visions divines, il m’emmena en terre d’Israël ; il me déposa sur une très haute montagne sur laquelle au sud il y avait comme les édifices d’une ville (Ez 40,2).

3 Le Temple, dans la ville restaurée, est particulièrement important. Il est le lieu de rencontre entre Dieu et son peuple, l’endroit de la présence divine au sein de la cité.

4 Ainsi par exemple, la source d’eaux amères de Mara, que Moïse rendit douce (Ex 16,25), ou celle qu’il fait jaillir, sur ordre de Dieu, à Massa et Mériba (Ex 17,6).

5 C’est également souvent le cas en chrétienté. Ainsi par exemple, la chapelle saint Gengoux de Vielsalm à proximité d’une fontaine (Gengoux, originaire du plateau de Langres au 8° siècle, est le saint patron des maris trompés – sa femme l’ayant assassiné avec l’aide de son amant).

6 Les fontaines de Guilion et de Siloé à Jérusalem.

7 Les Mages venus visiter le roi des Juifs qui vient de naître proviennent eux-aussi d’Orient (Mt 2,1.2).

8 Ce que note Origène : C’est de l’Orient que vient la propitiation. C’est de là que vient l’homme dont le nom est Orient, qui est devenu médiateur entre Dieu et les hommes (homélie sur le Lévitique). EZECHIEL 47,1-9.12

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.