méditation du mardi 14eme ordinaire

Merci à Alexis qui nous fait déjà parvenir sa méditation avant que je mette en route pour deux jours de formation.

Quand notre humanité est affrontée à des forces qui la dépassent et dont elle n’identifie pas la nature, elle n’en sort jamais indemne. Quels que soient au départ les sentiments, les peurs, les dispositions, les obsessions qui nous animent, c’est notre personne entière qui se trouve bouleversée et transfigurée. L’issue de nos combats est toujours incertaine, mais la confrontation à l’inconnu – et à fortiori à Dieu – nous rendra différents, et peut-être meilleurs.

Le combat de Jacob avec son agresseur mystérieux a intrigué théologiens et anthropologues, ou inspiré de nombreux artistes.[1] Le célèbre récit explique de quelle manière Jacob est devenu l’ancêtre d’Israël. Jacob, qui se prépare à un conflit avec son frère, affronte un personnage divin et reçoit un nouveau nom, par conséquent un nouveau statut.

A ce point du récit, Jacob mérite l’épreuve qui l’attend et porte bien son nom[2] et sa réputation de personnage rusé et fourbe. .Cadet d’une grossesse gémellaire, il est le préféré de sa mère Rébecca. Manipulateur, il a acheté son droit d’aînesse à son frère Esaü pour un plat de lentilles[3] et usurpé la bénédiction promise à son aîné par leur père Isaac.[4] Comme son frère le traitait en ennemi, il s’est réfugié, sur recommandation de Rébecca chez son oncle maternel Laban. Il y a pris deux femmes[5] et, après avoir travaillé pour son beau-père, s’est enfui en dérobant une partie de ses biens.[6]

Jacob se prépare à aller à la rencontre de son frère Esaü, dont il craint à juste titre l’hostilité.[7]Il se déplace de nuit avec ses deux femmes, ses deux servantes, ses onze enfants.[8] Il leur fait franchir le gué de Yabboq,[9] puis reste seul. Le texte ne dit pas clairement si Jacob est resté en-deçà du gué ou s’il l’a traversé,[10] ce qui autorise libre choix à diverses interprétations.[11]

Le passage du gué est une traversée initiatique, le lieu de rencontre privilégié ou Jacob va se dépouiller de soi-même. Il est seul face à ses peurs. C’est pourtant ce poltron qui tremble devant la colère de son frère qui va combattre toute la nuit contre un inconnu. La lutte est rude et incertaine, les adversaires se roulent dans la poussière.[12] Le combat ne finira qu’avec l’aurore, l’inconnu doit disparaître quand se dissipent la nuit et la puissance des ténèbres pour voir naître le jour et la vie.[13] Mais il ne peut l’emporter de manière décisive et se contente de heurter Jacob à la courbe du fémur.[14] Celui-ci ne veut rompre la lutte sans avoir été béni,[15] loué par son adversaire, reconnu pour la vaillance qu’il a déployé.

Quand deux lutteurs ont combattu sans connaître leur identité respective, le vainqueur a le droit de demander son nom au vaincu. Le fait de donner son nom met vraiment la personne à nu, puisque le nom exprime le statut de celui qui le porte, sa vocation, sa destinée. Ici, dans ce combat furieux, il n’y a pas vraiment de vainqueur ou de vaincu, la ruse de l’inconnu qui déboîte la hanche de Jacob n’étant pas décisive. A la demande du personnage mystérieux,[16] Jacob accepte de livrer son nom. Par contre l’autre refuse, ce qui fait deviner à Jacob que son adversaire n’est pas un homme, et il s’écrie : J’ai vu Elohim faces à faces et mon être est secouru.[17] L’inconnu refuse ainsi de se livrer en refusant de répondre pour sauvegarder son mystère, mais il bénit Jacob et confirme ainsi les bénédictions dont celui-ci a déjà fait l’objet.

Non seulement celui qui refuse de se dévoiler demande son identité à Jacob, mais il change son nom, et par conséquent lui procure un autre statut. Désormais, il s’appellera Israël,[18] parce qu’il a combattu avec Dieu et avec les hommes. Le nom révèle celui qui le porte, et ainsi le fourbe est devenu un combattant, il a été capable de lutter. Sa destinée est changée, il est devenu l’ancêtre du peuple élu. Le jour se levant, il peut quitter le lieu du face à face.[19] Mais il boîte,[20] portant ainsi la marque de sa vulnérabilité.

Jacob est maintenant prêt pour rencontrer son frère Esaü, dans une démarche d’apaisement et de réconciliation. Son existence connaîtra d’autres épreuves[21] et l’exil en Egypte. Mais à sa mort, son corps sera ramené en Canaan, pour le réunir à ses pères, Abraham et Isaac.[22]

L’identité du personnage mystérieux a toujours intrigué, d’autant plus que l’idée d’une lutte de l’homme avec Dieu est apparue choquante à beaucoup. L’adversaire de Jacob a souvent été considéré, même par des prophètes,[23] comme un envoyé ou un substitut de Dieu. Un ange donc, et peut-être un ange tutélaire.[24] Le texte de la Genèse l’identifie pourtant à Elohim,[25] donc Dieu dans le rapport qu’il entretient avec les hommes. Jacob n’est donc pas confronté à la Transcendance[26] de Dieu, mais à son immanence. Lutter avec Elohim correspond alors à combattre Dieu, les forces divines.[27] Des forces plurielles et qui peuvent donc se manifester de manières diverses.

Affronter les forces divines suggère de se confronter à un Dieu puissant.[28] Puissant d’une puissance matricielle, donc qui enfante et nourrit. L’homme qui est confronté à la puissance de Dieu entre en relation avec lui, et le combat qu’il mène conduit à un ajustement à ce Dieu puissant de vie. Par conséquent à abandonner ses attitudes et ses comportements mauvais pour s’imprégner de cette puissance protectrice de Dieu. Une force pacifiante qui lui permettra de se réconcilier et d’être en paix avec ses frères.

Avec Jésus Christ, Dieu s’incarne et épouse la nature humaine. Il vient planter sa tente parmi nous, il élit sa demeure dans le cœur des hommes. Le rapport à Dieu s’en trouve modifié, puisque le lieu du face-à-face est désormais intériorisé. Celui qui ose alors se confronter à Dieu en sortira grandi, mais pas indemne. Il prendra conscience de sa fragilité et continuera son existence comme Jacob, en boitant de la hanche.


[1] Entre autres Rembrandt (1659), Doré (1855), Delacroix (1861), Chagall (1966), pour ne citer que les plus célèbres.

[2] Jacob signifie à la fois celui que Dieu protège et celui qui prend par le talon, qui supplante. Donc un personnage ambigu.

[3] Esaü et Jacob, Gn 26,29-34.

[4] Esaü supplanté, Gn 27,1-24.

[5] Jacob est amoureux de Rachel, la fille cadette de Laban, mais ce dernier lui destine l’aînée, Léa. Il épousera les deux.

[6] Jacob et Laban, Gn 30,36-42.

[7] Esaü s’apprête à l’affronter avec 4OO hommes, d’où l’angoisse qui ‘étreint (Gn 32,7-8).

[8] A ce moment, Jacob a onze fils. De sa femme Léa ; Ruben, Siméon, Lévi, Juda, Issakar et Zabulon. De sa femme Rachel : Joseph. De Bilha, servante de Rachel : Dan et Nephtali. De Zelpa, servante de Léa : Gad et Asher (Gn 35,23-26). Son douzième fils, Benjamin, naîtra plus tard, sa mère Rachel mourant en couches. Il aura également une fille de sa femme Léa, Dina.

[9] Littéralement, celui qui se vide, qui coule. Le verbe dont dérive Yabboq signifie vider, dépeupler, dépouiller, ravager. Un nom symbolique, puisque Jacob va s’y vider, se dépouiller de son identité pour en recevoir une autre. Le Yabboq est un ruisseau qui circule entre les chaînes de montagnes de Galaad et se jette dans le Jourdain à l’est, entre la mer de Galilée et la mer Morte. Son nom arabe est Narh ez Zarqa (rivière bleue). Il faisait la frontière avec le pays des Amorites.   

[10] Une légende juive affirme qu’après avoir fait traverser sa famille, Jacob est revenu en arrière pour aller chercher ses cruches.

[11] Dont des interprétations folkloristes, telle celle du passage défendu par un personnage (tel le chevalier en armes qui défend le passage dans la légende de Lancelot du Lac).

[12] La poussière indique peut-être l’insignifiance de la vie de Jacob avec ses manigances et ses trahisons.

[13] L’agresseur nocturne doit se retirer avant le lever du jour, c’est un motif courant dans le folklore mondial (on peut penser à la chèvre de Monsieur Seguin, qui avait combattu toute la nuit). C’est aussi l’heure où, dans les contes populaires, le pouvoir du démon prend fin.

[14] Littéralement à la paume de la cuisse, proche des parties viriles. Jacob est donc blessé dans ce qu’il a de plus intime en lui.

[15] Le verbe hébreu signifie bénir, louer, s’agenouiller, saluer, rendre grâce, glorifier. Il est assez éloigné de l’acception un peu magique de dire du bien.

[16] La demande peut paraître étrange de la part d’un personnage divin. Elle introduit le changement de nom qui correspond à un changement de statut.

[17] Bien qu’il ait vu Dieu face à face, ce qui est en principe impossible à l’homme (Ex 33,20-23), Jacob est resté en vie, comme cela a également été le cas pour Hagar (Gn 16,13-14).

[18] Littéralement Dieu se montre fort, ou encore celui qui a combattu, le lutteur d’El (Chouraqui), celui qui marche droit.

[19] Péniel ou Pénouel signifient face à face.

[20] Cette boiterie de la hanche est à l’origine de la coutume juive de s’abstenir de manger le ligament de la cuisse.

[21] Notamment lorsque ses fils, jaloux du traitement de faveur qu’il accorde à Joseph, qu’il a eu de son aimée Rachel, vendront celui-ci comme esclave et lui annonceront sa mort.

[22] Jacob sera inhumé dans le champ de Makpela, qu’Abraham avait acheté pour en faire son tombeau et celui de sa femme Sarah.

[23] Ainsi Osée, qui déclare : Il lutta avec un ange et il l’emporta (Os 12,5).

[24] Rachi (Troyes en Champagne 1040-1105), immense exégète juif, écrit à ce propos  que Jacob a lutté contre le prince céleste d’Esaü, autrement dit un ange qui protège Esaü et s’oppose à son frère ennemi.

[25]Elohim est le masculin pluriel de El, qui signifie Dieu. Il peut donc se traduire littéralement par des Dieux, puisque le nom n’a pas d’article défini.  

[26] La Transcendance de Dieu est figurée par le tétragramme YHVH.

[27] Des forces au pluriel, puisqu’Elohim est pluriel. L’expression est d’Armand Abécassis.

[28] La Bible mentionne le Puissant de Jacob, qu’il appelle Shaddaï. La racine de ce dernier mot est un verbe qui signifie entre autres enfanter, nourrir, et qui a donné naissance à des noms comme sein ou matrice. La puissance de Dieu est donc une puissance matricielle. Dieu est puissant comme une mère qui enfante et nourrit ses enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.