méditation pour le premier dimanche de Carême

Alexis nous partage sa méditation pour ce dimanche

Le Carême nous révèle l’extraordinaire de l’imprévu et de l’inouï de Dieu dans nos vies. Quarante jours de traversée vers Pâques. Temps de demi-teinte, mais aussi de joie et d’espérance contenues que vient illuminer l’aube de la Résurrection. Souvenons-nous que la couleur violette dont nous parons le carême symbolise le désir. Désir de sortir de la routine, de l’incertitude du présent, de la nuit qui enveloppe un monde apeuré et désenchanté. Désir éperdu d’un avenir lumineux, de lendemains qui chantent.

Il n’est plus temps de s’abimer en desséchantes mortifications, mais de poser des actes d’espérance et de solidarité. L’horizon de nos contemporains, pauvres, exclus, chômeurs, exilés, est bouché. Comme l’est celui de notre monde au gré des guerres et des injustices. Il est temps de nous laisser pousser par le souffle de l’Esprit, d’être ferment dans la pâte. Le Carême est désir de Pâques, temps de maturation pour un monde de justice et de paix.

Le Carême débute par un appel de conversion au désert. C’est dans le désert que les Hébreux se sont constitués en tant que peuple, qu’ils ont appris la liberté.[1] C’est dans le désert qu’est poussé Jésus par l’Esprit, après le baptême au Jourdain. Et c’est au désert que nous sommes conviés aujourd’hui, pour affiner notre désir. Nous y sommes entraînés par l’Esprit de notre Baptême.

Le désert est l’endroit où nous sommes seuls avec nous-mêmes, le lieu au fond de nous où se bâtit notre unité, se constitue notre identité profonde. Lieu d’une parole autre qui interpelle,[2] habité de silence dans la rencontre avec Dieu, au souffle de l’Esprit. Lieu de tous les possibles et de toutes les tentations. Comme Jésus lui-même a été tenté au désert par le diable, celui qui divise. Être tenté par tout ce qui divise notre identité, qui fait éclater l’unité de notre personne. La tentation est le désert du dedans.[3]

Les tentations de Jésus sont universelles, elles concernent les hommes en tout temps et en tout lieu. Tentations de l’avoir, du pouvoir et du valoir. Trois verbes qui résument ce vers quoi court et ce sur quoi trébuche notre humanité. Tentations qui portent atteinte à notre liberté et notre dignité.

Tentation de l’avoir d’abord, en détournant les biens de leur nature profonde. Ordonne à cette pierre de devenir du pain. Le pain quotidien, c’est notre nourriture, mais aussi notre profession, notre argent, nos occupations, ce que nous possédons. Des choses nécessaires donc, mais la tentation, c’est de vivre seulement de ce pain-là et de n’avoir plus le temps ni le goût de Dieu. L’appétit de posséder supplante l’appétit de la Parole de Dieu.

Tentation du pouvoir ensuite, en adorant, en distillant le mensonge dans un appétit de puissance et de domination. Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes. Avoir des responsabilités n’est pas un mal, mais la tentation, c’est de confondre le pouvoir avec l’ambition de dominer, d’oublier que le pouvoir donne le devoir de servir.

Tentation du valoir enfin, en recherchant tout ce qui met en avant par des coups d’éclat. D’ici jette-toi en bas. Réussir n’est pas un mal, mais la tentation c’est de parader, courir après le succès, ne vivre que pour lui.

Jésus a déjoué tous ces pièges. L’Esprit du Baptême nous en rend capables. La foi au Christ nous habilite à démonter les leurres de ce qui divise. Pour devenir nous-mêmes en toute liberté. À quelle conversion de nos comportements sommes-nous prêts à consentir ?     


[1] Les quarante ans d’errance au désert sont le symbole de cette épreuve initiatique.

[2] Il y a en hébreu une relation lexicale particulière entre le désert, midbar et la parole, dabar.

[3] François Cassingena-Trévedy, osb, le désert du dedans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.