méditation du 19eme dimanche ordinaire

voici la méditation dominicale d’Alexis.

Jésus nous invite aujourd’hui, en même temps que ses disciples, à nous rendre disponibles pour un service effectif de Dieu et des frères. Il nous convoque au bonheur paradoxal du Royaume à demeurer prêts pour sa venue. En se découvrant le bonheur de la foi, dans une vigilance attentive et l’accueil inconditionnel à la venue de Dieu dans nos vies. Il nous enseigne la nature de cette attente en nous projetant dans l’avenir.

L’avenir de notre humanité nous apparaît pourtant de plus en plus précaire. Pauvreté et instabilité économique croissantes, persécutions, déplacements de populations, terrorismes, guerres, pandémies, dérèglements climatiques avec leur cortège d’inondations et d’incendies, alimentent nos peurs et notre sentiment d’impuissance. Que valent alors la foi et l’espérance chrétiennes face aux insécurités, aux bouleversements, aux crises qui secouent notre monde ? Comment encore rêver et imaginer demain ? 

L’évangile de Luc met l’accent sur une attitude d’attente active. A l’époque de sa rédaction, les premières communautés vivaient des persécutions et attendaient un retour imminent du Seigneur. Certains mêmes étaient tentés d’attendre passivement cette venue sans plus rien faire. Jésus s’inscrit en faux contre pareil comportement, la seule attitude responsable est celle du travailleur en tenue de service.

Il n’est donné à personne de savoir quand viendra le Christ. Dès lors, la seule attitude responsable est  d’examiner la motivation de notre agir. Et de reconnaître que c’est le plus souvent le court terme qui nous préoccupe, la rentabilité immédiate, les soucis matériels. Il nous est difficile de nous projeter dans l’au-delà de notre quotidien immédiat, de dépasser nos ennuis, nos angoisses et nos contrariétés dans une vision à long terme.

Pourtant, dans un contexte qui est au moins aussi perturbé que le nôtre, Jésus en appelle au bonheur. Il propose une béatitude. Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Béatitude de la vigilance pour des temps troublés.

Comment avoir accès à cette béatitude ? Pas en accomplissant des exploits de notre propre volonté, ni même par nos vertus. Nous en sommes incapables seuls. Non, le bonheur nous est donné par Dieu par pure grâce. Sois sans crainte, petit troupeau, votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume. Il nous est simplement demandé d’accueillir le don de Dieu en nous abandonnant à lui, par lâcher-prise. Accueillir l’irruption de Dieu dans nos existences.

Il n’est tant question de faire ou d’accomplir, que d’être, et singulièrement d’être-avec, en relation, une façon d’aimer. Entrer en relation amoureuse avec le Christ. Et quand l’aimé est absent, on l’attend de tout son cœur, l’attente est proportionnelle à l’amour.

Heureux qui attend son Seigneur ! Qui l’attend comme un serviteur attend son maître. Mais alors, ce n’est plus une relation amoureuse, objecterez-vous. Sauf que Jésus vient transcender l’amour humain et le transforme en se faisant lui-même le Serviteur. Il se dépouille de sa condition divine et nous lave les pieds, se met à genoux devant nous.

Le signe de notre attente est le service du prochain, à l’exemple de Jésus. Attendre avec amour ne veut pas dire ne rien faire, mais adopter une attitude active, ingénieuse, solidaire. Être attentifs à cette venue furtive de Jésus dans nos existences sous les traits du pauvre, de l’exclu, de l’étranger, du malade. Heureux serons-nous dans l’attente d’un tel maître qui nous trouvera en tenue de service !    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.